Lettre de Marc TEULON et de Pierre BONNAUD sur les retraites

LA POLITIQUE des RETRAITES, une juste participation à l’effort national ? OU un gentil massacre organisé ?

        Largement influencés par le bourrage de crâne propagé par la plupart des médias, les Français ont voté pour un chambardement total de la politique que leur promettait un homme encore jeune qui devait, une fois à la tête de l’état, prévoir et bien sûr résoudre, sans aucune modestie, les problèmes aigus, intérieurs et extérieurs de la gouvernance de la France. Bien entendu les mesures nécessaires seraient prises dans un strict respect de la justice et de l’Egalité !

     Maintenant un pourcentage non négligeable de la population, attend avant de prendre parti, de juger le bien fondé, l’étendue et les résultats de cette politique.Dans le cadre syndical, le seul qui nous concerne à l’ASN-CDCR, Il ne nous appartient pas d’aborder l’ensemble du programme politique gouvernemental. Par contre notre rôle et notre devoir sont de mettre en exergue les avantages et les aberrations des décisions et des projets relatifs à la fiscalité, à la retraite, à la politique sociale et à la vieillesse.Le général de Gaulle et Michel Debré ont créé l’ENA pour former des serviteurs de l’Etat de haut niveau et pérennes au cours des changements politiques (droite, gauche, centre). Hélas, ces super- techniciens ont choisi d’être aussi des politiques (Présidents, ministres …) ils renoncent ainsi à toute neutralité et objectivité ! L’actuel président a fortement encouragé et accentué cette évolution.

    Nous voici donc sous la coupe d’experts en « usines à gaz » et « pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué » (type CICE) ?

Alors qu’ils dominent les entreprises (grandes et petites) et l’ensemble des salariés et qu’ils sont en symbiose (ou soumis) au Capital, ils ne tolèrent pas les professions indépendantes et libérales et ils voudraient les intégrer dans une catégorie qu’ils pourraient contrôler.

 Les retraités sont pour eux des inutiles, alors qu’ils apportent leur aide à enfants et petits-enfants et qu’ils sont indispensables par leur bénévolat dans toutes sortes d’associations et de clubs sportifs en particuliers (cf. l’étude du CODERPA du Var « Indispensables retraités »).

 Afin d’économies, certains, dans l’entourage présidentiel, invoquent même l’euthanasie. Heureusement que les médecins ont pour la plupart un idéal de valeur très élevé et feront de la résistance.

 De plus, les retraités n’ont aucun pouvoir de nuisance, donc ne présentent pas de danger pour le pouvoir.

Concernant l’Economie

    Le gouvernement veut augmenter le pouvoir d’achat des salariés du Privé. Qui pourrait être contre une telle généreuse mesure ?                                                                   

Mais comment la financer ?

    On va abandonner le principe édicté en 1944 par le CFLN (comité français de libération nationale) « les prestations sociales seront financées par les revenus du travail » et on va financer le Social par l’Impôt, afin d’améliorer la compétitivité de l’industrie française.

Pour ce faire deux options : augmenter la TVA ou la CSG.

    En augmentant le pouvoir d’achat, on va constater une croissance des acquisitions, principalement des produits manufacturés qui, pour la plupart sont importés. La TVA est applicable à tous, et elle va donc concerner ces produits, ce qui atténuera la détérioration de la balance des paiements.

La CSG n’aura aucune influence sur la consommation, elle est applicable à tous mais elle peut être ciblée, certaines catégories de population peuvent être taxées différemment selon la volonté du gouvernement. C’est à ce titre quel’augmentation de la CSG a été préférée pour remplacer les cotisations chômage et maladie des salariés du privé !        Les fonctionnaires et certains libéraux (moins de 3600 € mensuels) bénéficieront d’une compensation à l’augmentation de CSG.

C’est ainsi que les retraités ayant plus de 1200 € mensuels, qui par définition ne seront jamais chômeurs paieront une augmentation de CSG de 1.7% pour compenser la suppression de la cotisation chômage des salariés qui eux pourront être indemnisés s’ils sont chômeurs !

        Les Retraités sont les seuls français à ne pouvoir déduire de leurs revenus leurs cotisations versées aux mutuelles complémentaires santé. Bien heureux encore si leurs cotisations mutualistes ne sont pas périodiquement augmentées au fur et à mesure de leur vieillissement ! Pourquoi une telle discrimination par l’âge ?

Des mesures sociales et fiscales permettent aux retraités âgés qui sont obligés d’avoir une aide dans beaucoup de domaines (santé, bricolage, entretien ménager, informatique…) d’assumer ces charges. Car ces personnes âgées vivent de façon totalement différente de celle des actifs. Ces mesures sont indispensables et doivent absolument être maintenues et souvent améliorées, alors que certains demandent leur suppression !

Enfin, une autre menace plane, si le principe avancé de la Réforme des Retraites est bon « un Euro cotisé donnera le même point de retraite pour tous » quelle sera son application pratique ? la proposition de la CFR est totalement utopique (cf. « l’article la retraite universelle  Panacée ou Utopie » dans « Le Lien Des   Générations N° 7 » Page 13).                                                                                                                    Pour les professions libérales la nouvelle formule concernera-t-elle seulement la retraite de base ou l’ensemble des retraites complémentaires ? Une cotisation de 10 Euros est payée 10 Euros par un libéral alors qu’elle est payée 6.66 Euros par l’employeur et 3.33 Euros par un salarié ce qui est bien moins douloureux ! Ce sont donc deux types de retraite à aménager différemment ! Nous attendons avec appréhension les propositions !

Notons qu’aucun effort pour diminuer le déficit de la France n’est programmé, la dette continue à s’amplifier de 87 milliards pour 2018 selon le budget voté et tous les suppléments d’imposition seront consacrés à d’autres objectifs !

Nous avons essayé par cette communication de faire le point sur notre situation devant les profondes modifications en cours ou annoncées tout en essayant de garder un maximum d’objectivité.

Marc TEULON et Pierre BONNAUD

Laisser un commentaire

Votre email ne sera pas affiche.